Le 23 plus haut et plus fort que le 7 !

samedi 25 septembre 2010
par  Bernard Lebrun
popularité : 37%

30 à 35 000 manifestants dans les rues du Mans, plus de 1 000 à Sablé et 800 à La Flèche, le 23 a donc été plus fort que le 7.
L’intervention lue à la fin de la manifestation au nom de toutes les organisations a été écoutée attentivement et a suscité beaucoup de réactions et d’enthousiasme.

La grève, dans l’éducation a aussi, selon les propres chiffres de l’IA qui sont sousestimés, plus suivie que le 7 septembre.

http://www.w3.org/TR/html4/strict.dtd">

Intervention lue au nom de toutes les organisations à la fin de la manifestation du 23 septembre

Le 7 septembre nous étions plus de 40 000 dans les rues du Mans et si aujourd'hui, nous sommes toujours aussi nombreux, c'est pour crier notre colère contre ce gouvernement et ces députés qui par leur vote à la hussarde le 15 septembre ont décidé d'imposer, contre l'avis de la très grande majorité de la population de ce pays, un recul social sans précédent.

 
62 ans, il faudrait attendre 62 ans pour faire valoir son droit à la retraite.

 
62 ans alors que certains ont commencé à travaillé dès 18 ans voire avant

 
62 ans alors que la moitié des plus de 55 ans  sont exclus des entreprises

 
62 ans alors qu'un quart des jeunes arrivant sur le marché du travail sont à la recherche d'un emploi.

 
Quand à tous ceux et surtout toutes celles qui auront eu des carrières incomplètes ou marqué par le chômage, il leur faudrait attendre 67 ans pour avoir une retraite à taux plein.

 
Le recul de l'age de la retraite combiné avec l'augmentation du nombre d'annuités prépare une diminution brutale du niveau des pensions. Le nombre de pré retraités et de retraités vivant sous le seuil de pauvreté risque d'augmenter considérablement.

 
Nous faire payer la crise et nous voler les meilleures années de la retraite, celle où on est en bonne santé, voilà ce qu'ont voté les parlementaires de la majorité actuelle. Travailler plus longtemps pour gagner moins, voilà la punition qu'a décidé d'imposer au monde du travail ce gouvernement, Président de la République en tête. C'est insupportable !

  
Une procédure d'urgence, 8 jours de débats parlementaires juste au retour des vacances d'été, un vote à la hussarde, et il faudrait tourner la page. De qui se moque-t-on ?

La seule urgence reconnue par ce pouvoir, c'est celle de satisfaire aux demandes des marchés financiers qui présentent la facture de la crise. ¨Pour le gouvernement l'urgence c'est de trouver de l'argent frais dans notre poche.

 Cette réforme c'est un véritable  pillage financier et social organisé autour d'un véritable mensonge. Mensonge repris et véhiculé par nombre de médias contrôlés par l'Elysée.

 
Le déficit actuel n'a rien à voir avec un soi disant problème démographique. Si en 2 ans, le déficit a été multiplié par trois, par quinze en 4 ans, ce n'est pas parce qu'il y aurait eu en 2010, une augmentation faramineuse du nombre de retraités, le déficit c'est la conséquence directe de la crise financière avec ses répercussions sur les comptes sociaux. Mais nous ne sommes pas responsables et nous refusons de payer pour une crise qui n'est pas la nôtre. Comment accepter une contre réforme dont  85% des  efforts financiers concernent les salariés alors que dans le même temps les profits des vrais responsables économiques et financiers continuent d'exploser et que les inégalités n'ont jamais été aussi importantes ?

 
Il suffit de se rappeler qu'en 2008, lors du dernier rendez vous sur les retraites, c'est le même Président de la République qui déclarait qu'il n'y avait pas besoin de nouvelles mesures immédiates, que l'équilibre était assuré jusqu'en 2020 pour mesurer l'importance du mensonge gouvernemental.

 
Alors, si ce gouvernement prétend expédier le dossier des retraites, un dossier qui conditionne l'organisation de toute la société, l'avenir de tous les salariés en une petite semaine, c'est pour mieux dissimuler ses mensonges et le hold up financier et social de cette contre réforme. C'est inacceptable ! C'est un déni de la démocratie sociale. Et cela constitue, aussi, un véritable hold up démocratique !

 C'est pour cela qu'aucune organisation syndicale ne peut accepter le vote du 15 septembre, qu'aucune organisation syndicale ne peut accepter  cette contre réforme.  Il ny a rien à négocier, ni à amender dans cette loi qui constitue une régression pour tous les salariés. Tout le dossier doit être remis à plat et nos revendications prises en compte.

 
En fait, le zèle présidentiel à servir les marchés financiers n'a d'égal que son refus de toute négociation sérieuse avec les organisations syndicales et son opposition résolue à discuter la question des recettes.  Car si les caisses des retraites, comme celle de la sécurité sociale, sont en déficit, ce n'est pas parce qu'il y aurait trop de vieux et de malades, ce n'est pas parce que les dépenses seraient trop importantes, même s'il est toujours important de maîtriser les dépenses, c'est parce que les recettes sont insuffisantes.

 
Les recettes c'est d'abord par exemple les salaires et le pouvoir d'achat bloqués ou diminué en 2009. 1% de salaires en plus, c'est 2 milliards de cotisations supplémentaires. 

 
Les recettes c'est aussi l'emploi. Comment assurer l'avenir des comptes sociaux alors que 10% de la population active est au chômage ? 1 million de chômeurs en moins, c'est 5 milliards de cotisations supplémentaires. Alors quand on voit que les projections font apparaître que le recul de l'âge de la retraite de deux ans entraînera 1,2 millions de chômeurs supplémentaires, on mesure la stupidité sociale du plan gouvernemental.

 
Les recettes c'est aussi le manque à gagner résultant d'une politique d'exonérations et d'exemption de cotisations sociales !  73 milliards d'euros en moins dans les caisses a chiffré la cour des comptes.

 
Alors oui, pour les organisations syndicales, le problème des retraites comme le problème de la sécurité sociale à propos de laquelle de nouvelles mesures régressives sont annoncées, c'est d'abord un problème de salaires et  un problème d'emploi, c'est un problème de recettes, c'est un problème de partage des richesses. Il n'y aura aucune mesure durable sans que l'ensemble des revenus, des dividendes ou des plus values boursières soit soumis à cotisations.

 
Le refus gouvernemental de mettre sur la table l'ensemble de ces éléments, le refus de toute prise en compte sérieuse de nos revendications, le passage en force à l'assemblée nationale a conduit à un blocage total. Rien n'est joué. Une loi votée peut toujours être retirée, comme l'exemple du CPE nous l'a montré.

 

Aucun gouvernement ne peut rester sourd et résister à un mouvement social prolongé et de grande ampleur.  Aucune négociation n'est possible, alors c'est dans la rue que ça se passe. 

 
 Après les grèves du 24 juin et du 7 septembre, aujourd'hui marque une nouvelle étape dans la mobilisation.  Dès à présent, partout dans les services, les entreprises, lintersyndicale vous appelle à poursuivre  le mouvement sous toutes ces formes  ! Il est incontournable dancrer la mobilisation dans nos entreprises et interpeller les directions et les patrons ! Il faut agir encore et encore pour amplifier et durcir la mobilisation !

 
La France est riche et les richesses si elles sont partagées peuvent permettre de garder tous nos droits à la retraite ! Mais ce partage, ils n'en veulent pas, C'est à nous, tous ensemble, de l'imposer !  Et, c'est par la mobilisation que ça passe !!!

 


Contact

FSU de la Sarthe

29 Place d’Alger
72000 LE MANS


Tél : 02 43 43 86 21
Fax : 02 43 23 33 73
Mél : fsu72@fsu.fr

Agenda

 

2016

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois