Non aux ECLAIR, oui à une vraie relance de l’éducation prioritaire

mercredi 8 juin 2011
par  Bernard Lebrun
popularité : 7%

A travers le dispositif "ECLAIR", c’est l’ensemble de la politique d’éducation prioritaire qui est menacé de disparition et c’est une nouvelle étape dans la déréglementation et le démantèlement du service public d’Education qui se met en place.

Pétition unitaire à l’appel des organisations syndicales

http://www.w3.org/TR/html4/strict.dtd">


Non aux ECLAIR, oui à une vraie éducation prioritaire



Sans bilan, le Ministère a procédé dès le début de l’année 2011 à l’extension du label (E)CLAIR imposé d’autorité à 105 établissements à la rentrée 2010 à la suite des Etats Généraux de la Sécurité à l’école.

Erigeant le « climat scolaire » comme facteur principal d’échec ou de réussite scolaire des élèves, le programme ECLAIR représente à la fois un recentrage de l’éducation prioritaire sur un nombre limité d’établissements à partir de critères discutables et un dévoiement majeur du principe fondateur de « donner plus à ceux qui ont le moins ».

Instrumentalisant le « droit à l’expérimentation » ouvert par l’article 34 de la loi Fillon, il vise à transformer ces établissements désignés autoritairement en laboratoires de déréglementations tous azimuts qui risquent d’être ensuite généralisées à l’ensemble du système éducatif.

L’avis prépondérant des chefs d’établissement préparant un recrutement local sur profil des personnels (y compris les adjoints), des règles de mutation spécifiques (y compris pour les personnels de direction) et l’attribution d’une lettre de mission remettent en cause le statut des personnels, un des fondements du service public, pour lui substituer la notion de contrat. Loin de favoriser la stabilité des personnels, ces mesures en organisent la fuite ; faute de volontaires, les postes restés vacants risquent de n’être occupés que par des personnels précaires, et notamment des contractuels à qui une lettre de mission peut faire espérer la reconduction d’un contrat sur 5 ans.

Le dispositif, en particulier par la création de « préfets des études » à la fois responsables pédagogiques, éducatifs et membres de la direction, est marqué par une confusion inacceptable des missions des enseignants, CPE et COPsy. A cela s’ajoutent des inquiétudes sur le devenir des enseignants référents et des secrétaires des comités exécutifs intervenant dans les établissements et les écoles.

Il est urgent de redonner de l’espoir à tous les élèves en difficultés scolaires et sociales en luttant contre tout ce qui pourrait les assigner à un destin tracé d’avance et les stigmatiser. Il est urgent de centrer les efforts sur les apprentissages en maintenant le même niveau d’exigence pour tous les élèves (et pas seulement les plus « méritants ») et en soutenant ceux qui en ont besoin, dans le cadre de programmes nationaux rénovés et d’horaires nationaux.

Les signataires demandent l’abandon du programme (E)CLAIR. Ils exigent une véritable relance de l’éducation prioritaire, avec des critères nationaux et transparents pour définir la liste des établissements et des écoles qui en relèvent, la volonté politique d’y améliorer à la fois les conditions d’étude des élèves et les conditions de travail des personnels, au sein d’équipes pluriprofessionnelles complètes, et l’investissement des moyens nécessaires en termes d’emplois, de rémunération et de formation des personnels.


Ecoles, Collèges, Lycées pour l’Ambition, l’Innovation et la Réussite






Communiqué de presse "OZP - observatoire Zone Prioritaires"

7 juin 2011
« Il n’y aura plus de RAR à la rentrée 2011 »

Lapsus, ballon d’essai, désordre, ou coup fourré ?

Dans une brochure bleue sur papier glacé, intitulée "Vademecum Programme ECLAIR", diffusée au cours des « Journées de l’Innovation », on peut lire :
"L'extension du programme Eclair est l'occasion d'une refonte de l'éducation prioritaire. La plupart des collèges et des écoles en réseaux 'ambition réussite' intègrent à la rentrée 2011 le programme Eclair. Il n'y aura plus de RAR à la rentrée 2011. Les recteurs choisissent la façon dont ils accompagnent les écoles et les collèges 'ambition réussite' qui ne deviennent pas Eclair."

Il est inadmissible que l’on apprenne ainsi, au détour d’une brochure, quatre mois après la publication d’un rapport officiel positif sur le bilan des Réseaux Ambition Réussite, que le Ministre oserait les rayer d’un trait de plume.

S’agit-il d’une erreur du service de communication du ministère, ou bien d’un coup fourré ? Il ne suffit pas d’enrober cette disparition sous le voile de l’innovation et de prétendre que les acquis des RAR seront conservés.

Le programme ECLAIR vise à lutter contre la violence dans les établissements scolaires. C’est ce qui est dit et écrit dans les sessions de formation des chefs d’établissement à ce programme. Ce n’est pas du tout la même chose que d’aider à faire réussir tous les élèves quel que soit le territoire où ils sont scolarisés !

Quelle confiance peuvent encore avoir dans la parole ministérielle ceux qui ont travaillé à la réussite des RAR et ont réellement innové ? »



Contact

FSU de la Sarthe

29 Place d’Alger
72000 LE MANS


Tél : 02 43 43 86 21
Fax : 02 43 23 33 73
Mél : fsu72@fsu.fr

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois